La cure de printemps – détox et équilibrage alimentaire

La célèbre cure de printemps est un des piliers de la bonne santé dans toutes les thérapies proches des plantes, de la nature, de notre Nature. Préventive, elle permet de prévenir plutôt que guérir. Elle vous aide à la sortie de l’hiver à faire peau neuve de l’intérieur pour des résultats à long terme. C’est la visite d’entretien indispensable pour que tout tourne bien.

La cure de printemps, la clé pour être en pleine forme dès le début des beaux jours!

À quoi ça sert ?
La cure de printemps permet à l’organisme de faire le tri dans ce qu’il a stocké pendant l’hiver et surtout de se détoxifier. Nos vies actuelles sont malheureusement moins saines qu’on ne le voudrait. Il est donc important de faire un nettoyage intérieur. Pollutions, cosmétiques, additifs alimentaires… les sources de toxiques et toxines sont nombreuses et finissent par encrasser le corps et nuire à son bon fonctionnement et ce toute l’année. Fatigue, peau terne, digestion hasardeuse, manque d’énergie et d’entrain… voici les symptômes d’un corps qui a besoin de faire le plein de vitalité mais surtout de se régénérer.

Tout comme dans la nature, la fin de l’hiver est consacrée à enlever les obstacles à l’énergie (re)vitalisante du printemps, branchages, feuilles mortes qui n’auront pas été transformés seront balayés pour faire place au nouvelles pousses, bourgeons, feuilles… Chez l’être humain c’est pareil, mais tout se passe à l’intérieur, on enlève ce qui peut faire obstacle au réveil printanier et bloquer notre énergie vitale, mentale et émotionnelle à savoir, notre vitalité, le fonctionnement de notre mémoire, concentration et nos émotions.

Comment ça se passe ?
À chacun sa cure de printemps. Chaque personne ayant encrassé certains circuits plus que d’autres, chaque personne préférant une approche plutôt qu’une autre, j’aime à composer ces cures sur mesure en fonction du terrain et des besoins de chacun.

On suit généralement deux mouvements : dépuration, régénération. On va commencer par faire un grand nettoyage de l’organisme afin de le débarrasser de tout ce qui est usé, pollué, des toxines. C’est évidemment un bon moyen de perdre un peu de poids.
Ensuite, dans un deuxième temps, on va régénérer l’organisme en lui apportant ce dont il a besoin pour faire le plein de vitalité. J’aime personnellement calquer ces deux mouvements de cure sur le cycle lunaire.

Quand faire la cure de printemps ?
Quand on se sent prêt à passer au printemps. C’est un peu à chacun de ressentir le moment où il a envie de faire le grand nettoyage. Une cure dure généralement 21 jours, il est possible d’augmenter cette dernière à 40 jours en fonction des besoin spécifique de chacun.

Pour celles et ceux qui n’ont aucune idée du bon moment, on commence idéalement à la fin de l’hiver, notamment en médecine traditionnelle chinoise (cette année cela tombe le 4 février). Si vous préférez vous référer à notre calendrier traditionnel, on visera le jour du printemps, à savoir le 20 mars pour terminer la cure.

Les traditionnelles tisanes, incontournables ?
Non bien entendu, si vous trouvez que les tisanes ne vous conviennent pas ou sont trop conventionnelles, il existe d’autres moyens de mettre en place la cure de printemps. On pourra utiliser, selon vos besoins personnels, la gemmothérapie, les jus, les mono-diètes mais aussi l’aromathérapie ou encore d’autres remèdes de phytothérapie.

La tisane reste un moyen efficace de pratiquer une cure. Elle permet de réhydrater le corps et de le drainer tout en apportant des principes actifs tout au long de la journée qui permettront à votre organisme de se détoxifier en douceur. Il suffit simplement de préparer le litre de tisane le matin et de le conserver dans une thermos.

 

Rééquilibrez votre alimentation

Et l’alimentation ?
Pour moi, la cure de printemps est l’occasion de rééquilibrer l’alimentation. Suite aux fêtes on banalise souvent les écarts, on s’habitue à manger plus gras, plus salé. Par manque d’énergie il arrive souvent qu’on s’en remette à des plats préparés plus ou moins équilibrés. La cure de printemps est l’opportunité rêvée pour remettre de l’ordre dans l’assiette et surtout retrouver les bases d’une alimentation saine.
Manger vivant est indispensable, on troquera les pommes de terres, pâtes et autres féculents trop sucrés et gras contre des crudités, des salades ou encore des plats mi-crus mi-cuits qui redonneront à notre organisme la vitalité dont il a besoin et les ressources nécessaires pour se régénérer.

Ce sera également l’opportunité de faire le point sur votre flore intestinale et de voir s’il est nécessaire (ce qui est souvent le cas) de lui redonner un bon coup de fouet en lui apportant probiotiques et prébiotiques dont elle a besoin, en gélules ou comme je le préfère, dans l’alimentation quotidienne.

Quoi prendre ?
Vous trouverez dans les ouvrages spécialisés et sur Internet de nombreuses recettes toutes faites pour la détox de printemps ou encore de nombreux cocktails en vente en pharmacie. Attention, soyez tout de même vigilants car de nombreux articles indiquent parfois de consommer des tisanes de plantes qui ont un effet détox important et risquent sur un corps fatigué ou fragilisé de provoquer plus de dégâts qu’autre chose. Je pense notamment aux plantes qui agissent sur le foie. Soyez prudents !!
Dans le doute, prenez l’habitude de boire beaucoup d’eau entre les repas ou une tisane drainante légère. On préconise en herboristerie traditionnelle une tasse le matin, une autre à 11h, une vers 16h et une après le dîner à condition de ne pas se coucher trop tôt derrière (et donc risque de se relever pour aller au petit coin).
Je conseille également de marcher tous les jours 5 à 10 minutes, plus si vous pouvez, au soleil si possible, pieds nus sur la terre (ou dans le sable) c’est encore mieux. L’exercice physique permet au corps de drainer son système lymphatique de façon parfaitement naturelle et aide donc au nettoyage.
Pour l’alimentation, privilégiez les légumes crus ou cuits à la vapeur douce avec de bonnes huiles (colza, lin, olive), des viandes blanches et poissons en quantités raisonnables et pour les en-cas, des fruits frais. Vous trouverez mes indications sur l’équilibre alimentaire dans cet article.

 

Rééquilibrez votre vie

Profitez-en pour faire le tri dans tout ce qui vous encombre dans le quotidien ou changer des habitudes néfastes. C’est un très bon moment pour arrêter de fumer (ou toute autre addiction) car l’énergie du renouveau nous pousse à tourner la page sur quelque chose de parfaitement neuf et vierge. Changez d’activité sportive, ouvrez-vous à des lectures nourrissantes pour l’âme…

C’est le moment de faire le point sur les casseroles que l’on traîne: rancœurs, deuils difficiles, actes manqués ou ratés, c’est le bon moment pour remettre les compteurs à 0 et faire de nos relations avec le monde extérieur une source de joie plus que de stress. C’est également un très bon moment pour faire la paix avec soi-même et trouver l’équilibre intérieur et l’harmonie avec qui nous sommes. Loin de vouloir vous faire décortiquer vos problèmes pendant des heures sur un divan, je propose plutôt de vous aider à faire le silence dans la tête ce qui permet tout de suite d’y voir plus clair et de mieux suivre l’intelligence de noter cœur. Cela se passe au travers de séances de relaxation durant lesquelles j’utilise la cohérence cardiaque pour vous apprendre à vous recentrer et des visualisations qui vous guident vers la paix de l’esprit. Une réelle initiation à la méditation que vous pourrez ensuite pratiquer à la maison à votre guise.

 

Conclusion: un programme sur mesure
Tout le monde peut faire le point au printemps et mettre en place de bonnes habitude pour soi et les siens. Bien entendu l’idéal reste de faire appel à un thérapeute qui pourra identifier les organes qui ont le plus besoin d’être drainés, vos fragilités et vos forces et concevra un programme sur mesure qui vous permettra un nettoyage optimal sans vous épuiser. Il pourra également choisir quelle forme la cure prendra en fonction de vos préférences et de vos rythme de vie.
Ce sera également l’opportunité pour vous de revoir votre alimentation en fonction de vos besoins mais aussi de vos goûts. Il ne faut pas oublier que vivre doit rester un plaisir !
La cure de printemps reste un outil préventif que les naturopathes aiment à utiliser pour éviter l’installation de pathologies. Comme ont dit « il vaut mieux prévenir que guérir » ! Une consultation d’une heure suffit généralement à mettre en place la cure de printemps qui vous permettra de tenir jusqu’à l’automne.

Décembre, l’hiver et la lumière de nos cœurs

Le mois de décembre est un moment très particulier. Le dernier mois de l’année est souvent le moment du bilan. On fait le point sur ce qu’on a vécu pendant les mois précédents, on additionne les partages et on soustraie les soucis. Les bonnes résolutions prises en janvier ont-elles été respectées? Parfois certains ont du mal à se regarder dans le miroir, mais ça tombe bien car avec tous les préparatifs de noël, on n’a vraiment pas le temps de s’occuper du reste!

Ce mois remet souvent difficilement les gens face à eux-mêmes: alors qu’il serait bon de faire le point et de veiller, avant les durs froids de l’hiver, à vérifier que nous avons bien tout ce dont nous avons besoin pour tenir les prochaines semaines, nous nous focalisons généralement sur les autres, consciemment ou non, volontairement ou non, noël oblige. De quoi les autres ont-ils besoin? Qu’est-ce qui leur ferait plaisir? Noël c’est souvent la course aux cadeaux, aux cartes, tout doit être parfait et on se plie à l’exercice difficile de rassembler sous le sapin ce qui fera tant plaisir à chacun. Est-ce vraiment là la magie de noël?

Quand ma fille me demande « c’est quoi noël? » je lui réponds ceci:
« Noël, c’est le jour de l’année où le soleil se couche le plus tôt et se lève le plus tard. Il fait donc plus sombre et plus froid que jamais. C’est pourquoi nous allumons des lumières et décorons nos maisons. On s’offre des cadeaux et on se retrouve au chaud autour d’un bon repas avec les gens qu’on aime. Le but est simple: même si le froid et la nuit s’installent pour l’hiver, on crée la lumière et la chaleur à l’intérieur de nos maisons, et, le plus important, dans nos cœurs. Un peu comme une méga-fête des chaudoudoux! »

« Un cadeau de noël ce n’est pas un article de plus à ajouter au panier avant de le faire livrer et de l’emballer pour le glisser sous le sapin. Un cadeau de noël c’est surtout une belle intention, un peu de notre lumière, de notre chaleur, de notre amour que l’on offre à une personne que l’on aime. » C’est ce que j’ajouterai quand elle sera assez grande pour comprendre que le père noël est une invention de Coca-Cola et que la magie de noël réside bien plus en chacun de nous que dans ce conte qui délègue à un type reclus dans le grand nord toute l’année qui se permet de décider si on mérite, ou non, de recevoir des cadeaux.

Ceci étant dit, décembre n’est pas le mois le plus froid de l’année, il est souvent l’occasion pour nous de nous préparer aux froids de l’hiver, de sentir venir le moment où il fait bon de se mettre au chaud et de se tourner vers l’intérieur, quelques semaines, à la façon des ours, pour laisser reposer les graines semées avant l’arrivée du printemps, pour nous économiser, nous recharger. Contrairement aux ours, il ne nous est pas donné d’hiberner et en général on doit assurer sur tous les fronts, malade ou pas, fatigué ou pas, pour que la vie continue alors que tout dans la nature nous invite à faire le contraire. Comme nous ne ralentissons pas, cette période vouée à l’introspection est souvent un moment délicat à passer, et c’est pourquoi noël est si intense pour certaines personnes sur le plan émotionnelmais aussi sur le plan physique: rhumes, grippes, épuisement, coup de blues sont légions ce mois-ci.

 

C’est pourquoi il est essentiel de ne pas se servir des préparatifs de fêtes pour se distraire de la tâche importante de ce dernier mois de l’année: faire le point et prendre soin de soi. Comment voulez-vous donner à tous et toutes si en vous-mêmes vous ne vous sentez pas riche de bonheur, en état de plénitude? Combien de personnes empilent et entassent les cadeaux sous le sapin comme pour combler un vide intérieur? La table de fête est également un reflet de ce manque, toute l’année on se met au régime pour tout flanquer dehors au moment des fêtes.

Observez la nature: silencieuse et froide, les arbres, à présent souvent nus, semblent dormir si profondément qu’ils sont presque hors du temps. Voyez comme ils se dépouillent de leurs feuilles à l’automne pour qu’elles deviennent le terreau nourricier des graines qui pousseront au printemps. Ce tapis de feuilles protège également tout le sol et ses nombreux habitants du froid de l’hiver. Pour l’arbre, l’hiver tout se passe sous terre: si la vie est ralentie dans le tronc et les branches, c’est pour mieux se concentrer sur ce qui se passe dans ses racines, en profondeur, afin que, plus fort que jamais, la sève puisse remonter au printemps et donner naissance aux nombreux bourgeons, feuilles et fleurs à naître.

Quand la plénitude, la satisfaction profonde de notre être dans la vie nous habite, les cadeaux ne sont plus attendus avec impatience, l’essentiel semble s’être déplacé de dessous le sapin pour demeurer profondément encré dans nos cœurs. Le menu de fête se réduit au simple plaisir de partager une table avec ceux que l’on aime autour d’un plat qu’on prendra plaisir à manger plus qu’à préparer. Rien ne doit être parfait puisque tout l’est déjà. L’intention pure de noël rejaillit et il s’agit simplement de fêter le plaisir d’être ensemble, de profiter des belles lumières qui ne sont que le reflet des soleils qui habitent nos cœurs.

Mon conseil pour ce mois compliqué: prenez soin d’abord de vous, faites le plein de lumière, d’amour, de plaisir pour pouvoir en redonner autour de vous. Faites simple, ne passez pas votre temps si précieux dans les magasins ou en cuisine mais avec les gens que vous aimez. Passez des coups de fil à ceux qui habitent loin, prenez le temps de les écouter, plutôt que des cadeaux, offrez l’essence-ciel: du temps de qualité à partager. Et surtout si ça coince, si vous sentez qu’il y a quelque chose à réparer, un point sur lequel travailler, faites-le en douceur et occupez-vous en car durant l’hiver, les graines semées bien avant s’endorment sous la terre et s’imprègnent de son énergie pour prendre des forces et germer au printemps.

Choisissez bien avec quelle énergie vous voulez nourrir les graines du printemps à venir et ne cherchez pas la lumière à l’extérieur de vous, mais en vous.

Je vous souhaite de bonnes fêtes!

 

 

 

Tomber malade quand on allaite

Vouloir éviter la prise de médicaments lorsqu’on est enceinte ou qu’on allaite semble souvent être une mission impossible pour la très grande majorité des professionnels de santé. Pourtant, il existe de nombreux moyens de faire face à de nombreux maux lorsqu’on attend un enfant ou qu’on allaite sans passer par la chimie. Je vais ici donner des pistes qui ne doivent en aucun cas se substituer aux prescription de santé du corps médical mais qui peuvent cependant être des pistes pour aider les mamans.

Prévenir plutôt que guérir

C’est une évidence et pourtant, la prévention est souvent négligée dans le parcours de santé des mamans. Lorsqu’on connaît le terrain d’une personne, on sait quels sont les risques pathologiques qu’elle encourt et on peut donc anticiper la pathologie en améliorant l’hygiène de vie avant qu’un problème ne survienne. Si vous faites des sinusites tous les hivers, il sera donc intéressant d’agir, notamment en vous complémentant, pour renforcer le système immunitaire par exemple.

Une bonne alimentation et des gestes simples d’hygiène de vie, comme la diffusion d’huiles essentielles en l’absence de bébé, peuvent permettre de barrer la route à de nombreuses problématiques. De plus, l’alimentation est primordiale pour la bonne santé et l’équilibre à la fois de la jeune maman et du nourrisson. Il me semble donc évident que toutes les mamans devraient avoir accès à des consultations qui veillent à leur donner les bons gestes et les bonnes habitudes qui leur permettront d’être en forme.

 

Du bon usage des remèdes naturels

Qui dit remède naturel ne veut pas dire sans danger. Il est donc impératif de faire appel à un professionnel pour les utiliser notamment pendant la grossesse et l’allaitement.

Les tisanes peuvent être d’un grand secours pour accompagner les troubles urinaires et prévenir leur retour et donc éviter des antibiothérapies répétitives. On connaît fort bien la tisane d’allaitement, j’ajoute généralement des plantes compatibles avec l’allaitement pour aider les mamans qui ont des tendances aux migraines, fatigue, difficulté de sommeil, stress, etc.

Les huiles essentielles sont évidement à proscrire sans conseil d’un professionnel de santé durant l’allaitement notamment parce qu’elles passent très facilement dans le lait car liposolubles. Cependant, il est possible d’utiliser certaines huiles essentielles notamment en diffusion, afin de faire la chasse aux microbes, aux idées noires, aux problèmes de sommeil, etc.

L’apithérapie (produits de la ruche) peut aussi rendre de très grands services: le miel, la propolis, la gelée royale, le pollens sont des produits alimentaires qui sont pourtant très intéressants à utiliser, notamment pour se complémenter ou prévenir les pathologies hivernales.

Les hydrolats, eaux florales, permettent également de rendre de grands services de confort sur de nombreuses sphères sans pour autant porter atteinte à l’enfant allaité. Ils permettent notamment de faire des cures de détox très légères qui évitent souvent de nombreux désagréments aux mamans.

La gemmothérapie est aussi possible durant l’allaitement car il existe des extraits de bourgeons sans alcool que l’on peut utiliser durant cette période. La gemmothérapie est très intéressante pour apporter un confort après l’accouchement afin de remettre la jeune maman en forme plus rapidement.

Évidemment, l’homéopathie a toute sa place à ce moment de la vie. De nombreuses sage-femmes et médecins généraliste s’y sont formés pour proposer cette alternative aux mamans. Le service rendu par cette approche thérapeutique est même reconnu par le système de santé français, autant ne pas s’en priver!

Gérer la douleur

La gestion de la douleur, que ce soit pendant la grossesse, l’accouchement ou la période d’allaitement, ne varie pas. Il s’agit souvent d’allier à des remèdes homéopathiques, phyto-thérapeutiques locaux des techniques de visualisation (sophrologie, relaxologie, cohérence cardiaque, méditation…). Ces techniques sont simples à acquérir et mettre en œuvre et aideront grandement la maman à surmonter les petites migraines, douleurs de dos ou de suites de couches. Elles permettront d’espacer la prise d’antidouleurs voire d’anti-inflammatoires et même dans certains cas de les éviter.

 

La dépression et le stress

La dépression, qu’elle soit post-partum ou chronique, ainsi que le stress sont des pathologies courantes que tout le monde devrait apprendre à gérer tant une très grande majorité de la population est touchée, un jour ou l’autre dans sa vie. Une femme qui allaite devrait pouvoir essayer de gérer ses coup de blues et son stress sans avoir forcément recours à la médication.

Là encore l’homéopathie peut-être d’un très grand secours mais aussi toutes les techniques de visualisation (sophrologie, relaxologie, cohérence cardiaque, méditation…) et aussi les huiles essentielles en olfaction qui vont agir sur le système nerveux sans passer par le système digestif et donc le lait.

 

Être entendue

Il est extrêmement important que tous et chacun, mais encore plus une jeune maman, puisse trouver une oreille attentive à tout moment de la vie où on rencontre des difficultés, des épreuves, des coups de blues. Écouter une maman en souffrance ne fait courir aucun risque pour la santé du nourrisson, cela demande simplement du temps et quelques qualités humaines évidentes.

 

Voici quelques pistes naturelles pour que l’allaitement soit vécu le plus naturellement possible même en cas de pépin.

Le sevrage par la cohérence cardiaque

Le sevrage d’une addiction, de façon générale, est une grande épreuve à la fois pour le corps et l’esprit. La  cohérence cardiaque est un outil qui offre des résultats plus que convaincants dans l’accompagnement au sevrage.

Déjouer les pièges de l’habitude

La première difficulté lorsqu’on souhaite arrêter de consommer une substance addictive, quelle qu’elle soit, c’est de changer nos habitudes. On va donc utiliser la cohérence cardiaque pour remplacer la consommation afin de ne pas laisser un vide à chaque moment de la journée où c’est nécessaire. Ne prenant que quelques minutes, tout comme fumer une cigarette, boire un verre, etc., la cohérence cardiaque permet également aux personnes qui dépendent de ce moment « privilégié » de pouvoir continuer d’en profiter.
Pour un fumeur, sortir fumer une cigarette est souvent aussi l’occasion de s’isoler de ses collègues ou des membres de sa famille, de prendre l’air pour « respirer ». Il s’agira de garder cette habitude mais au lieu d’allumer une cigarette, il suffira de faire l’exercice de cohérence cardiaque avec un guide sur le téléphone portable par exemple.
Ainsi, on conserve ce moment privilégié et on le voue non pas à se détruire mais à guérir.

Retrouver l’équilibre

Le principe de base de la cohérence cardiaque est de rééquilibrer le système nerveux autonome, donc, à rééquilibrer votre corps et votre esprit entre sa capacité à accélérer (stresser) et sa capacité à ralentir (se reposer, digérer, se restaurer). La prise de substances, drogues, alcool ou tabac, est aussi le moyen pour leurs consommateurs de se booster, se réveiller, de donner au corps un coup de fouet ou au contraire un second souffle dans les moments où le besoin s’en fait sentir.
La cohérence cardiaque peut largement palier à ce besoin: équilibrant le système nerveux, elle fera remonter la dopamine à ceux qui ont besoin d’un coup de fouet ou au contraire, fera baisser le cortisol des personnes sujettes au stress. Pour les fatigués chroniques, elle permettra de se réveiller et surtout de se sentir rechargé. C’est pourquoi je conseille également la pratique de la cohérence cardiaque pour diminuer la consommation de caféine à de nombreuses personnes qui en sont dépendantes.

Combler ses besoins profonds

La cohérence cardiaque est un outil formidable parce qu’il agit non seulement sur la physiologie mais aussi sur la connexion entre le cœur et le cerveau, donc, tout ce qui se passe au niveau psycho-émotionnel. C’est pourquoi cette technique est utilisée pour vaincre le stress mais aussi la dépression, le baby-blues et soutien véritablement les personnes qui vivent des choses difficiles dans leur vie: deuil, séparation, maladies graves, etc.
Les personnes addicts ont généralement un ou plusieurs besoins fondamentaux qui ne sont pas satisfaits avec les conséquences que l’on connaît: dépression, manque d’amour propre, fatigue chronique, baisse de l’estime de soi, comportements auto-destructeurs, négativité… C’est une des raisons qui font qu’ils tombent dans l’addiction.
La cohérence cardiaque leur permettra de créer un espace où elles pourront se recentrer sur elles-mêmes, prendre soin d’elles, être à l’écoute de leur ressenti, de leurs besoins et surtout de mieux comprendre ce qui se passe en elles et de trouver les solutions qui peuvent les sortir de l’impasse.
De même, en se focalisant sur des émotions positives, l’exercice de cohérence cardiaque permet alors de se sentir plus fort, plus heureux, plus apaisé et diminue les facteurs de stress qui poussent à la consommation.

La cohérence cardiaque est compatible avec tout le monde à l’exception des porteurs d’un pacemaker. Elle prend 3 à 5 minutes une à trois fois par jour et permet souvent aux personnes qui la pratiquent de voir leur vie « changer », pour le mieux. Dans le cadre d’un accompagnement au sevrage il faudra compter deux à cinq séances sur trois mois environ et les premiers résultats sont visibles et mesurables dès la première semaine.
Je rappelle que cette pratique est également un outil de prévention pour votre santé cardio-vasculaire et le stress de façon générale, un yoga du cœur dont on ne saurait se priver. Pour en savoir plus vous pouvez consulter un article plus complet et général ici.

 

 

 

 

 

Allaiter naturellement

Allaiter son bébé est un choix qui peut venir naturellement ou après longue réflexion.

Je ne reviendrai pas sur les nombreux avantages que l’allaitement maternel offre à la maman et au bébé. Allaiter est non seulement un choix parfait et sur mesure pour la physiologie de bébé mais c’est aussi très commode! Vous avez toujours ce qu’il faut, à bonne température et disponible à la demande. Vous voulez sortir? Vous n’avez besoin que d’un change, oubliez le sac avec l’eau, le lait en poudre, le biberon…

Allaiter son enfant est aussi une démarche évident lorsqu’on souhaite avoir une démarche naturelle dans la vie de façon globale. Il ne s’agit pas d’un retour en arrière, au contraire, allaiter avec l’espace qui est donné aujourd’hui aux mères est un formidable moyen que de vivre une maternité épanouissante, en pleine conscience, de vivre ce lien d’amour entre vous et votre bébé de la plus belle des façons. Car il ne s’agit pas seulement d’une alimentation physiologique mais de nourrir votre petit de vos sentiments, cœur contre cœur.

Ce que Mère-Nature a prévu pour vous

La tisane d’allaitement – un classique à revisiter

La tisane d’allaitement est incontournable, dans les magasins, sur les sites internet, on va peut-être même vous en offrir. Dans l’accompagnement que je propose je compose cette tisane en fonction des goûts de la maman et surtout en fonction de ce que son corps lui raconte, de ce dont il a besoin. Cela peut-être en rapport avec les suites de couches pour parer à des saignements trop importants, des douleurs, des crampes ou encore pour aider l’état émotionnel de la jeune maman et son sommeil, parer au baby-blues ou redonner un coup de fouet à une maman fatiguée.

Des seins chouchoutés

De nombreuses mamans redoutent les crevasses, mamelons enflammés, engorgements et autres inconvénients de l’allaitement qui peuvent parfois conduire à son arrêt. Il existe pourtant de nombreuses solutions tout à fait adaptées à la maman et au bébé, qui ne nécessitent donc pas d’être nettoyées avant chaque tétée ce qui a l’inconvénient d’irriter le sein encore plus.
De même on pourra avoir recours à des huiles ou beurres végétaux naturels qui vous permettront d’hydrater, nourrir et soulager la peau de votre poitrine évitant ainsi les vergetures et qui sont, toujours, compatibles avec votre bébé. Attention aux cosmétiques vendus dans le commerce et en pharmacie qui contiennent souvent des composés dérivés du pétroles ou d’autres substances inadéquates à finir dans la bouche d’un nourrisson, même bio!
Inutile d’attendre d’y être pour parer à ces éventualités, il est tout à fait possible et même conseillé de préparer vos seins avant l’arrivée de bébé.

 

La gemmothérapie

Les bourgeon de plantes sont des remèdes très doux, de fond, qui permettent d’aider le corps à retrouver son équilibre de façon très douce et efficace. Soyez rassurée, pour les mamans qui ne souhaitent pas utiliser de remèdes alcoolisés, je recommande des macérats spécifiques qui n’en contiennent pas.

 

L’écoute bienveillante d’une (con)sœur

L’écoute est très importante durant cette période. Après l’accouchement, il est rare que les femmes aient l’opportunité de pouvoir être écoutée que ce soit au sujet de leur ressenti concernant l’accouchement, de leurs préoccupations concernant bébé ou leur allaitement. Il me semble indispensable pourtant de pouvoir parler avec d’autres femmes et d’être entendue à ce moment délicat de nos vies. Les professionnels de santé ne disposent rarement pas du temps nécessaire pour ce faire et il est parfois plus difficile de se confier à une blouse blanche.
La consultation post-natale que je propose vise à prendre ce temps, de femme à femme, pour que vous soyez écoutée, que votre cœur puisse s’exprimer, en toute intimité et que ce moment de partage conscient vous donne de solides clés et le souffle dont vous avez besoin pour vous lancer dans votre maternité.

 

 

Être soutenue durant votre allaitement

Si vous choisissez d’allaiter votre enfant, sachez que vous serez aidée. Peut-être pas par votre entourage proche, mais par de nombreuses ressources formidables qui vous accompagneront dans ce passage délicat du début de votre nouvelle vie de maman, avec votre bébé.

Vous-même

La première ressource c’est vous-même. Convaincue des bienfaits de l’allaitement, tout comme l’OMS qui recommande d’allaiter exclusivement pendant 6 mois puis de poursuivre l’allaitement en parallèle de la diversification jusqu’aux 2 ans de l’enfant, vous vous ferez un devoir envers vous-même de garder votre souveraineté dans ce choix pas toujours compris.
Les générations de femmes antérieures en France ont vécu l’arrivée du lait maternisé artificiel comme une libération, ce qui a bien aidé les petites affaires des vendeurs de lait en poudre. C’est pourquoi elles sont nombreuses à rester convaincues de leur choix de faire confiance à une marque plutôt qu’à leur corps. Les autres femmes qui n’auront pas allaité autant que vous le souhaitez essaieront probablement de vous conseiller de ne « pas vous prendre la tête » et de faire comme elles.
Le choix d’allaiter durablement et exclusivement son enfant est souvent perçu par les autres femmes comme une critique indirecte de leur choix de faire moins. Sachez-le. C’est généralement inconscient.
Votre choix est le vôtre, il vous appartient, vous n’avez pas à vous justifier ni à le défendre.

Les sages-femmes

De la maternité mais aussi (et surtout) la sage-femme libérale que vous aurez choisie pour vous aider à préparer votre accouchement et vous suivre pendant votre grossesse. Cette personne pourra vous aider pour répondre à toutes vos questions sur l’allaitement avant ou après l’arrivée de bébé. Au besoin elle se déplacera chez vous pour vous aider au retour de la maternité pour vous conseiller. Elle saura aussi gérer toutes les pathologies mammaires qui pourraient se produire durant l’allaitement.

Les conseillères en lactation

Les conseillères en lactation sont spécialement formées pour épauler les jeunes mères dans leur allaitement. Il est généralement possible de les rencontrer en milieu hospitalier ou de prendre rendez-vous avec elle directement.

La Leche League

La Leche League est une association internationale dont le but est la promotion de l’allaitement. Les pôles locaux de la LLL organisent des réunions de soutien à l’allaitement qui vous permettent de venir, gratuitement, poser vos questions, rencontrer d’autres mamans, partager et échanger autour de l’allaitement et plus encore. C’est une opportunité riche de créer du lien avec d’autres mères qui passent par les mêmes épreuves et tracas que vous et de bénéficier de retours d’expérience.
Le site de la LLL est aussi une mine d’or d’informations qui vous permettra, à toute heure, de vous rassurer sur vos questions autour de votre bébé et de l’allaitement.

Mon rôle

Quant à moi, j’interviens dans un second temps pour vous proposer des solutions naturelles pour accompagner votre allaitement en cas de problèmes (inflammations, mycoses, engorgement, troubles de l’équilibre hormonal, etc.) auxquels on trouvera des réponses naturelles et je vous apporte les conseils nutritionnels indispensables pour bien vous nourrir durant l’allaitement afin d’éviter les carences et la fatigue, pour vous et bébé. Les conseils d’hygiène pour éviter les toxiques seront également de mise car le nourrisson allaité hérite de vos toxines, qu’elles proviennent de votre environnement, votre alimentation ou vos cosmétiques.

Enfin, pour vous aider à faire de votre allaitement un moment de repos qui vous permettra de vous ressourcer, je propose de vous faire pratiquer des techniques de relaxation par la respiration ou des visualisations qui vous permettront de mieux vivre les suites de couches, de vous reposer quand vous ne pouvez pas dormir, de vous déstresser, de vous créer une bulle de tranquillité. Ainsi de vous donner tous les moyens d’être plus détendue et à même de profiter de tous les précieux moments qu’offre la maternité et les moments de complicité que sont les tétées. Bien évidement, je me déplace à votre domicile dans ce cas.

Quelle que soit votre décision, il est toujours utile d’en parler, que ce soit à votre sage-femme, votre entourage ou au cabinet, il est primordial pour vous d’avoir pu poser toutes vos questions et d’avoir pu vous projeter et être soutenue dans votre démarche.

Je vous souhaite tous les merveilleux moments que l’allaitement peut procurer à toutes les mamans du monde.

Vaccins: danger ou prévention?

À l’heure où le ministère de la santé souhaite passer de 3 à 11 vaccins obligatoires, il  me semble intéressant de faire un point sur la vaccination:

C’est quoi un vaccin?

Définition de « vaccin » issue du Trésor de la langue française: Substance préparée en laboratoire à partir de microorganismes (tués, inactifs ou atténués) et qui, inoculée à un être vivant, l’immunise ou l’aide à lutter contre une maladie infectieuse (déterminée par le même microorganisme) grâce à la formation d’anticorps spécifiques.

Donc, le principe de vacciner consiste à soit:

  • initier le corps à une maladie afin de mieux préparer son système immunitaire pour lui permettre de répondre mieux et plus efficacement si la maladie devait un jour se développer.
  • immuniser le corps à une maladie afin qu’il ne la contracte pas.

Sur ce principe, personne ne pourrait s’opposer à la vaccination à moins que cela aille à l’encontre de ses croyances personnelles. Prévenir plutôt que guérir, c’est le but fondamental de toute approche de mieux être, y compris la mienne.

 

Faut-il avoir peur des vaccins?

Voici les questions les plus fréquentes au sujet de la sûreté des vaccins:

Aluminium, mercure, formol, cellules cancéreuses… de nombreux ingrédients des vaccins sont suspectés voire accusés -à raison- de provoquer des effets secondaires ou du moins, d’engendrer des risques nuisibles à la santé. 0Sont-ils réellement indispensables?

De nombreux effets secondaires sont connus et reconnus, qu’il s’agisse de poussées de fièvres parfois mortelles pour des bébés ou des maladies invalidantes comme la sclérose en plaques. Quel rapport bénéfices/risques?

Le système immunitaire immature des enfants de moins de 6 ans a-t-il besoin d’être imprégné par toutes ces substances pour garantir – aujourd’hui – la bonne santé de nos petits? Peut-on attendre pour les vacciner?

 

De la pertinence des vaccins

Ces autres questions portent sur la justification des vaccins:

Est-il judicieux de vacciner des nourrissons de maladies telles que l’hépatite B qui ne se transmettent que par voie sexuelle ou échanges de seringues?

Est-il judicieux de vacciner -notamment des enfants- contre des maladies quand le vaccin n’est pas efficace à 100%?

Est-il judicieux de vacciner qui que ce soit contre des maladies dont on ne peut être immunisé (tétanos)?

Quid des maladies qui font partie du passé?

Si les laboratoires pharmaceutiques ne faisaient aucun bénéfice sur les vaccins, est-ce qu’on aurait le même calendrier vaccinal?

Certains pays, comme la Suède, ont des obligations vaccinales inexistantes ou beaucoup moins importantes. Pourquoi en France il en serait autrement alors que notre système de santé est très performant?

 

Il apparaît comme évident que les vaccins ne sont pas une démarche sûre à 100% aux yeux de la plus part des parents, voire des professionnels de santé. Aujourd’hui on s’interroge sur les fondements de l’obligation vaccinale et surtout sur « qui » va en bénéficier? Quels intérêts sont réellement en jeu?

 

Les obligations légales

De plus en plus de crèches, assistantes maternelles, écoles, soumises au poids de la volonté administrative, imposent la vaccination aux parents. Sachez que, ne serait-ce que le temps de prendre une décision, vous pouvez refuser à ce que l’on impose à vous, ou votre enfant, tout traitement médical dont ne dépend pas votre survie selon l’article 36 du code de la santé publique.

 

Que faire alors?

Je ne pense pas que signer toutes les pétitions qui passent changent l’avis de nos politiques sinon on aurait déjà fait beaucoup de progrès. Je pense que la solution la plus pertinente est de frapper à la porte des médecins.

Dans un premier temps, je conseille toujours aux parents de se renseigner par eux-mêmes. Les études se contredisent et il est évident qu’il y a parfois de grands conflits d’intérêts quand on voit qui les finance. Mais comme la vaccination reste la responsabilité du parent – le médecin traitant, l’État et les laboratoires s’arrangeant pour ne pas être responsables la plus part du temps – il est important de s’informer et de se construire un avis propre sur la question et d’agir en conscience.

Ensuite, je pense qu’il est vraiment crucial de poser toutes vos questions à votre médecin traitant. D’aller voir un autre médecin, de reposer les questions et surtout d’obtenir des réponses. Si on veut qu’un jour émerge de ce grand débat  une politique de vaccination sûre et pertinente, je pense que cela passera par une demande appuyée du corps médical. Aujourd’hui, nos médecins sont surchargés de travail, de paperasse et prennent rarement le temps de continuer de se former, de faire des recherches. Mais peut-être qu’ils finiront par s’y mettre si chaque parent-patient lui pose des questions judicieuses et justifiées sur le sujet.

Pensez aussi à prévoir les effets secondaires des vaccins: fièvres, faiblesse immunitaire, symptômes grippaux, etc… et surveillez bien vos enfants dans les jours qui suivent.

 

Quel accompagnement naturel?

Il existe un accompagnement à la vaccination en naturopathie qui permet d’alléger les effets secondaires et de bien anticiper les fièvres et autres effets secondaires attendus après une vaccination. Il est aussi possible d’aider le système immunitaire avant l’hiver ou en période de faiblesse générale pour que le corps des petits comme des grands soit mieux préparé à répondre en cas de nécessité.

Dans tous les cas, un bilan naturopathique pour vous ou vos enfants permettra de faire le point sur toutes vos questions et de prévenir pour mieux aider en cas de pathologie avérée, connaître les réflexes qui peuvent permettre de revenir au plus vite à un bon état de santé.

 

Pour plus d’informations sur les vaccins et étayer votre réflexion vous pouvez lire:

  • Vaccinations : l’Overdose, (Sylvie SIMON), Ed Déjà
  • Vaccination erreur médicale du siècle (Dr L. de BROUWER), Ed. Louise Courteau
  • Vaccination, les vérités indésirables, (Pr GEORGET), Ed Dangles
  • Autisme et Vaccins (Pr GEORGET) Ed Dangles
  • Obligation vaccinale – L’enquête d’une maman biologiste – Anne Gourvès
  • Georget Michel – L’apport des vaccinations à la santé publique
  • Qui aime bien, vaccine peu – Pr GEORGET
  • Berthoud Françoise – La (bonne) santé des enfants non-vaccinés

Vous pouvez également regarder les documentaires sur le sujet:

  • Vaxxed – Andrew Wakefield
  • L’ALUMINIUM, LES VACCINS ET LES 2 LAPINS… – Marie-Ange POYET

Ou encore consulter ce document écrit par le Dr Delepine qui reprend l’histoire vaccinale et répond à la question « L’obligation vaccinale est elle encore justifiée en France en 2017? « 

La menace Lyme

Faut-il avoir peur de la maladie de Lyme? L’été approche et je vois passer beaucoup d’articles plus ou moins cohérents et souvent anxiogènes sur les tiques et la maladie de Lyme. Voici quelques conseils et informations à connaître.

Qu’est-ce que la maladie de Lyme?

Le ministère de la santé la définit ainsi: « La maladie de Lyme, ou Borréliose de Lyme, est une infection due à une bactérie (microbe) transportée par une tique. La tique peut transmettre la bactérie à l’homme au moment d’une piqûre.
La maladie de Lyme n’est pas contagieuse.Elle ne se transmet pas par contact avec un animal porteur de tiques (oiseaux, chiens, chats) ni d’une personne à une autre.
Toutes les tiques ne sont pas infectées par la bactérie responsable de la maladie de Lyme. »

 

Prévenir plutôt que de se faire piquer!

Les tiques se trouvent dans les herbes et attendent le passage d’un animal pour s’y accrocher et s’en nourrir. Il convient donc lorsqu’on prévoit de se balader, notamment dans des zones à risque, de prévoir de porter des vêtements et chaussures qui couvrent totalement vos chevilles et poignets. Pas facile en été, j’en conviens.

Ne vous roulez pas dans l’herbe (encore moins tout nu) même si cela est très tentant! De même éviter de vous asseoir ou vous allonger dans l’herbe. Prévoyez toujours une nappe ou un plaid.

Ensuite, vous pouvez utiliser des produits répulsifs soit à base d’huiles essentielles soit chimiques. Attention tout de même à leur impact sur les enfants, femmes enceintes, personnes allergiques/sensibles.

Quand vous rentrez, inspectez-vous bien, vous, vos enfants, vos animaux.

Plus de détails sur la prévention ici.

 

Où sont les zones à risque?

Vous pouvez consulter cette carte sur le site « Tiques & France » avant de partir en ballade.

 

Aille! J’ai été piqué!

Si la tique est encore accrochée, présentez-vous très vite dans une pharmacie ou utilisez un tire-tiques tel qu’il est indiqué dans le manuel fourni avec. Je vous recommande également de prendre une photo avant de la retirer, après puis à intervalles réguliers dans les heures qui suivent afin d’avoir un suivi de la morsure à présenter. Il est important de ne pas mettre d’huiles essentielles sur la tique ou toute autre substance pour l’enlever. Notez bien si la tique est déjà gorgée de sang ou pas encore, c’est important pour le médecin que vous devrez aller consulter très rapidement.

Dans les 4 semaines suivantes, notez les symptômes éventuels qui peuvent apparaître, même anodins.

Plus de détails sur la marche à suivre ici.

 

Comment savoir si on a été infecté?

Il faut bien surveiller la peau (la sienne et celle des enfants)  car le seul moyen de détecter si on a été piqué par une tique et si on risque de développer la maladie de Lyme est l’érythème migrant. Il s’agit d’une auréole rougeâtre, centrée sur la morsure où on trouvera parfois une vésicule ou un gonflement. Cette auréole sera soit très localisée, soit s’étendra. Il faut donc très rapidement consulter un médecin pour inspecter cette rougeur avant qu’elle ne disparaisse.

 

Quel traitement en cas de morsure?

La médecine conventionnelle propose un traitement antibiotique qui a de grandes chances de fonctionner quand la morsure a été repérée à temps. Il conviendra d’accompagner ce traitement par des probiotiques car il est lourd et peut avoir des effets secondaires ennuyeux, notamment sur la flore intestinale.

 

Comment savoir si j’ai contracté la maladie de Lyme?

C’est un vrai problème car les tests ne sont pas fiables (faux négatifs et faux positifs) et la liste des symptômes est longue et s’apparente au tableau clinique d’autres maladies chroniques (douleurs, fatigue chronique, troubles neuro-végétatifs, etc.). C’est pourquoi tant de patients atteints par cette pathologie subissent une errance thérapeutique longue et pénible.

Malgré tout, il ne faut pas hésiter à consulter différents spécialistes jusqu’à trouver le professionnel de santé qui saura établir un diagnostique et mettre en place une prise en charge. Ne restez pas en souffrance sans avoir de réponses!

S’en sortir avec la maladie de Lyme

Lyme étant peu diagnostiqué, la médecine conventionnelle n’est pour le moment que peu armée pour y répondre. Heureusement, des chercheurs ont établi des protocoles qui permettent d’obtenir de bons résultats et un réel confort de vie.

Les traitements naturels pour la maladie de Lyme:

Cette pathologie demande un suivi médical  un médecin et une prise en charge naturopathique individuelle. Il est difficile de donner des recettes toutes faites pour cette maladie tant les symptômes sont différents d’un patient à l’autre et les ressources pour les améliorer sont à la fois nombreuses et variables en fonction de la personne malade.

Sachez toutefois qu’il faudra veiller à avoir une hygiène de vie impeccable et éliminer toutes les pollutions, intoxications (recherche de métaux lourds, analyses élargies permettant une détoxication poussée, etc.), avoir une alimentation hypotoxique et la plus saine possible. Il sera aussi très important d’intervenir sur l’immunité grâce à la nutrithérapie et aux huiles essentielles qui sont d’une grande aide. Enfin, il sera capital de mettre en place une gestion du stress qui convienne à la personne concernée notamment parce que Lyme provoque beaucoup d’anxiété mais aussi et surtout, parce que c’est une maladie chronique qui pèse lourd sur le moral des malades.

 

Je vous invite à bien vous renseigner sur le sujet si vous êtes concerné. Vous trouverez à la fin de cet article mes sources bibliographiques qui vous permettront d’en apprendre plus. Si vous êtes concerné par Lyme ou pensez l’être, consultez et faites-vous accompagner par un médecin à votre écoute et un naturopathe compétent.

———-

Sources:

Dépliant du ministère de la santé, brochure pour les enfants

Fédération française contre les Maladies vectorielles à tiques

Réseau Borréliose

Tiques & France

La Vérité sur la maladie de Lyme, Pr Christian Perronne, éditions Odile Jacob, 2017

LYME : les solutions naturelles, Judith Albertat, éditions Thierry Souccar, 2016

Alternative Santé n°45, avril 2017

 

Dispensaire de naturopathie

Nouveau: le dispensaire ! Afin de faire découvrir  les bienfaits de la naturopathie, de la nutrition, de la cohérence cardiaque et de toutes les autres approches que j’utilise pour aider mes consultants, je mets en place des dispensaires.

Principe du dispensaire: avoir un lieu dans lequel toute personne peut venir recevoir une aide thérapeutique soit gratuite soit à prix très réduit. Ce qui permet de rendre cette approche accessible.

L’idée est de permettre à qui le souhaite d’avoir accès à un conseil naturopathique pour:

  • des problématiques physiologiques (pathologies courantes ou chroniques)
  • des interrogations sur l’hygiène de vie, la détox, les cures de saison…
  • des questions relatives à la grossesse et les remèdes naturels qui peuvent aider
  • des conseils pour l’hygiène alimentaire, la prise/perte de poids, les intolérances…
  • la gestion du stress, des émotions, la relaxation, la méditation
  • des problématiques infantiles (sommeil, dents, diversification, croissance, agitation…)
  • des conseils sur des produits naturels de santé (huiles essentielles, compléments alimentaires, tisanes…)

Mais aussi de pouvoir faire une petite séance de relaxation par la cohérence cardiaque!

Une approche dans des lieux conviviaux pour vous offrir des pistes et vous ouvrir des portes pour améliorer votre bien-être!

 

Mon dispensaire chez la Chapelière Toquée

Le 6 mai 2017, chaque client qui viendra déjeuner chez la Chapelière Toquée pourra bénéficier du dispensaire: 15 minutes en tête à tête pour poser toutes questions ou faire une petite séance de relaxation par la cohérence cardiaque, et ce, gratuitement.

 

***

 

Vous souhaitez organiser un dispensaire? Contactez-moi directement pour le mettre en place, seule ou avec d’autres thérapeutes!

 

Le dispensaire ne permet pas de prendre le temps de faire un bilan de santé global. Les conseils prodigués seront donc des pistes à envisager en première intention dans le cadre d’une démarche de mieux être. En aucun cas le dispensaire ne remplace la consultation et prescription des professionnels de santé compétents.

Séances de relaxation par la cohérence cardiaque

Nouveau: séances de relaxation par la cohérence cardiaque au cabinet ou sur votre lieu de travail autour de Sophia-Antipolis!

Pour répondre à la demande de mes consultants convaincus et adeptes des bienfaits de la cohérence cardiaque, je propose des séances de relaxation individuelles ou en groupe. Ces séances durent environ 25 minutes et vous permettent de vous détendre et vous ressourcer. Videz votre réservoir de stress et faites le plein d’énergie avant de reprendre votre journée.

 

Pas envie de vous déplacer? Je me rends sur votre lieu de travail, ou si le temps le permet, on se retrouve dans la Valmasque.

Envie d’en faire profiter les collègues? Je travaille avec les comités d’entreprises et les employeurs.

La séance de relaxation par la cohérence cardiaque est une séance qui permet d’effacer les tensions musculaires, de se recentrer et de faire baisser le stress physiologique et psycho-émotionnel. Au travers de la séance, vous retrouvez la forme, un équilibre émotionnel positif et la motivation de poursuivre votre journée. Vous sortez serein, reposé et actif, c’est pourquoi la cohérence cardiaque est utilisée pour son action positive sur les performances professionnelles des employés au sein de la Nasa, Boeing, Kaiser, université de Stanford…

Tarifs:

Séance individuelle au cabinet: 20€

Forfait de 5 séances individuelles: 80€

Séance en groupe au cabinet: 10€ par personne (max 5 personnes)

Séance individuelle sur votre lieu de travail: 30€

Séance en groupe sur votre lieu de travail: 15€ par personne (possibilité accord avec votre comité d’entreprise ou employeur)

Offrez des séances de relaxation grâce au bon cadeau!

Pour tout renseignement, contactez-moi par téléphone (06 60 57 81 89) ou par courriel.

N’hésitez plus à vous offrir ou à offrir un moment de détente et de bien-être profond qui vous rechargera physiquement et intellectuellement.

Prenez rendez-vous au 06 60 57 81 89 ou par courriel pour programmer votre prochaine séance.

 

Heart coherence relaxing sessions are available in English! Please contact me for further information or to schedule an appointment: +33 6 60 57 81 89 or contact@isabelledesplaces.com

 

Contact

15240235_1444549402245947_1317638223_n

Contact:

N’hésitez pas à me contacter pour des informations complémentaires par téléphone au 06 60 57 81 89 ou par courriel: contact@isabelledesplaces.com.

eng flag As a former English teacher, appointments can also be made in English!

 

En cabinet

Le premier rendez-vous dure généralement une bonne heure et me permet de faire un point sur votre état général et de prendre le temps de vous connaître, toujours dans le respect du secret professionnel. Les entretiens suivants seront généralement plus courts (1h ou 1/2h).

Me trouver:

Les rendez-vous se passent au Centre de Bien-être à Sophia Antipolis:
Ophira II – 630 route des Dollines – 06560 Valbonne

Parking sur place – accès handicapé – à 2 minutes à pieds de la gare routière de Sophia-Antipolis (ligne de bus express depuis Nice: 230)

Pour un rendez-vous sur Antibes, Grasse ou Mougins, merci de me contacter directement.

À distance

Si vous êtes dans l’impossibilité de vous déplacer, il est tout à  fait possible de nous entretenir par Skype. (sauf pour la cohérence cardiaque qui nécessite de vous brancher sur du matériel)

À domicile

Je peux également me déplacer à votre domicile si vous vivez raisonnablement près de Mougins (06).

Tarifs:

Entretien long (1h) : 50€

Entretien court (20 à 30 minutes) ou de suivi : 25€

Forfait de suivi en coaching alimentaire sur 6 mois et forfait cohérence cardiaque sur demande.

Dans le souci de rendre mes conseils accessibles à tous, il est possible de trouver un arrangement si vous êtes dans le besoin.

Ateliers, conférences, séances en groupes:

Je propose également des ateliers en groupe sur les thèmes de l’alimentation-santé, des plantes du bien-être et de la cohérence cardiaque. Soit à titre professionnel soit au travers de l’association « Entre nos mains ». N’hésitez pas à me contacter pour obtenir les dates et lieux de rendez-vous ou mettre en place un atelier près de chez vous.

 

***

Les conseils et l’accompagnement que je propose ne sauraient remplacer le suivi et les traitements médicaux des professionnels de santé que je vous encourage à poursuivre.